D’hier à aujourd’hui

Récemment, j’ai rencontré un amateur de voitures anciennes qui a adopté une voiture électrique.  Préférant conserver son anonymat, je vais le surnommer « Marc » pour le présent article.

Marc est un passionné de voitures anciennes de type « Muscle Car ».  Il a été propriétaire d’un Dodge Charger 1974 et maintenant un Plymouth Duster 1972 qu’il utilise seulement pour participer à des expositions et concours.

Ci-contre, son ancien Charger 1974079 MusCar Charger.jpg

Ci-contre, son Duster 1972079 MusCar Duster.jpg

Ce qui est particulier, c’est que Marc est propriétaire depuis près d’un an d’une Nissan Leaf 2018 qu’il utilise pour tous ses déplacements quotidiens et voyages  (photo ci-contre).

079 MusCar Leaf.jpg

Les débuts

C’est avec l’influence d’un ami déjà propriétaire d’un VÉ que Marc a décidé de faire l’essai et l’achat d’une voiture électrique.  Ses motivations :

  • Se défaire du pétrole au quotidien;
  • Réduire ses coûts d’entretien; et
  • Être plus écologique.

Se défaire du pétrole au quotidien pourrait sembler surprenant pour un amateur de voiture dont la consommation frise les 19 litres au 100 km.  Marc me confiait qu’après un déplacement, l’odeur d’essence qui s’imprègne dans ses vêtements fini par lui être désagréable.

Pour photographier les voitures ensemble, Marc et moi avons dû les déplacer à moins d’un kilomètre.  Après avoir suivi le Duster 72, alors que j’étais au volant de sa Nissan Leaf avec les fenêtres ouvertes, l’odeur d’essence devint très rapidement omniprésente dans l’habitacle de la Leaf.  Ceci n’a fait que confirmer ma volonté de rouler électrique.

079 MusCar Back.jpgConsidérant l’augmentation du parc automobile depuis les années ’70, si toutes les voitures avaient conservé la technologie de ces « muscle car », l’air serait probablement irrespirable aujourd’hui et les problèmes de santé encore plus criants.

Pour faire le saut à l’électrique, Marc espérait avoir un VÉ avec un minimum de 300 km d’autonomie.  Toutefois considérant le choix et le prix des VÉ disponibles au moment de passer sa commande, il a choisi la Leaf malgré ses 240 km d’autonomie.

Aujourd’hui, il s’accommode très bien de l’autonomie de sa Leaf, même s’il aimerait parfois disposer de l’autonomie de la Leaf +.  Pouvant se recharger à l’aide d’une prise 120 V au travail, il recharge sa Leaf à peine une fois par semaine à la maison en été et 2 fois par semaine en hiver.

079 MusCar Charge.jpg

Contrairement à plusieurs, Marc n’a jamais ressenti l’anxiété du manque d’autonomie, été comme hiver.  Sa seule préoccupation, trouver une borne disponible lorsque nécessaire.

Lors de sa première balade, il a regardé avant de partir son « GOM » (estimateur d’autonomie) qui affichait 313 km et il est parti sans jamais se préoccuper de l’affichage de sa batterie.  Heureusement pour lui, la distance à parcourir fut définitivement moindre.

Marc déplore le peu d’information fournie par le concessionnaire à la livraison.  Faisant ses premières armes avec un VÉ, Marc était peu à l’aise avec cette nouvelle technologie et avait un grand nombre de questions, mais la livraison s’est déroulée trop rapidement et il n’a pas reçu les explications souhaitées.

Match comparatif

L’objectif de ce match vise simplement à témoigner de quelques caractéristiques pouvant distinguer ces deux générations de véhicule.

Certains pourraient dire que le Duster V8 était en fait une voiture sport pour l’époque.  Toutefois, une version moins équipée fut utilisée à titre de véhicule familial (je peux confirmer que nous avions un véhicule comparable durant mon enfance), une vocation familiale que partage la Nissan Leaf également.

079 MusCar 2Front

Les caractéristiques

Vous trouverez ci-contre un comparatif entre la Nissan Leaf 2018 et le Plymouth Duster 1972 d’origine.  Dans la colonne « Duster Mod » quelques précisions concernant les modifications effectuées en 2011 à la voiture de Marc, entre autres : un moteur plus puissant et des pneus arrière plus gros.

Malheureusement les mesures de consommation et performances ne sont pas disponibles suite à ces modifications.  A l’exception de l’autonomie, il est fort à parier qu’elles sont supérieures au model d’origine.

079 MusCar Stats1.jpg

079 MusCar Stats2.jpg

(Pour une version .pdf du fichier ci-haut, cliquez sur ce lien)

L’avant

Le Duster se démarque par son immense grille pour laisser passer l’air nécessaire à son radiateur.  Son pare-chocs garni de chrome assurait beaucoup mieux la protection de la voiture, mais beaucoup moins celle de ses occupants.  En cas de collision frontale, le véhicule pouvait transformer ses passagers en véritable balles de ping-pong due à sa capacité réduite à se déformer et à absorber le choc, comparativement aux voitures d’aujourd’hui.

079 MusCar 2Front2.jpg

A noter également, la présence d’un seul rétroviseur côté conducteur comme c’était le cas pour la majorité des véhicules de l’époque.  L’antenne radio du Duster de type « broche » positionnée à gauche sur la photo ci-haut alors qu’elle est maintenant positionnée à l’arrière centre du toit, sous forme d’aileron de requin pour la nouvelle Leaf.

L’arrière

Tout comme les autres véhicules de l’époque, le Duster était une propulsion, contrairement à la Leaf et un très grand nombre de véhicules modernes qui sont maintenant à traction avant.  Dépourvu de systèmes électroniques de contrôle de traction et d’anti-patinage, le Duster doit être conduit avec prudence lors des virages sur une surface glissante.

079 MusCar 2Back.jpg

Le moteur

Malgré la mécanique beaucoup plus complexe des voitures à combustion comparativement aux voitures électriques, le compartiment moteur du Duster semble plus dégagé que celui de la Leaf.  Après seulement quelques minutes de fonctionnement, je pouvais sentir le dégagement de la chaleur du Duster en m’y approchant à quelques pieds.

Il faut savoir que la quantité d’énergie perdue majoritairement en chaleur par le moteur à combustion est impressionnante comparativement à un moteur électrique.  Selon une étude de l’EPA américaine, l’utilisation d’un moteur thermique génère une perte d’énergie avoisinant les 71 à 75% alors que la perte serait de 5 à 10% avec un moteur électrique.

079 MusCar 2Moteur.jpg

Si certains néophytes craignent les feux de batterie pour les voitures électriques, les risques d’incendie avec ces anciennes voitures à combustion sont beaucoup plus élevés.  Marc traine toujours un extincteur dans son véhicule.

Les roues

Au fil des ans, le diamètre des roues a augmenté tandis que le caoutchouc des pneus a diminué.  Résultat : une meilleure tenue de route, une conduite plus sportive et éco-énergétique, mais une capacité diminuée d’affronter les nids-de-poule.  A gauche, une roue arrière de 14 pouces pour le Duster et à droite une de 17 pouces pour la Leaf.

079 MusCar 2Wheels

Le tableau de bord

Sans surprise, le changement le plus frappant entre ces 2 générations est l’électronique.  D’une radio AM dans le Duster, nous passons à l’ère multimédia dans la Leaf avec la radio AM, FM, Satellite et USB.  A l’exception de l’indicateur de vitesse tout est maintenant numérique dans la Leaf.

Si la sécurité des voitures d’aujourd’hui s’est grandement améliorée grâce aux multiples systèmes d’aide à la conduite, aux appui-têtes, aux coussins gonflables et à la conception de la carrosserie et de ses composantes, force est de reconnaitre que les distractions au volant des nouvelles voitures sont maintenant plus nombreuses en raison des multiples menus d’affichages et systèmes d’informations, sans parler des téléphones cellulaires bien sûr.

Au moins, la navigation avec les cartes routières de papier de « Texaco » et des autres compagnies est maintenant remplacée par un ordinateur vocal et visuel qui nous guide tout au long du trajet et où il est possible de se diriger sans quitter la route des yeux.

079 MusCar 2Dash.jpg

Les portières

La technologie et les commodités se retrouvent également dans les portières.  Du simple accoudoir avec poignée, de la manivelle pour les fenêtres et du loquet manuel pour verrouiller la porte du Duster (photo à gauche) , on retrouve maintenant dans La Leaf des fenêtres à contrôle électrique (qui existait sur certaines voitures à l’époque, mais qui était peu commun), un verrouillage électronique à distance, un haut-parleur et espace de rangement.

079 MusCar 2Doors
Les sièges

Anciennement en vinyle et/ou tissu, les sièges sont maintenant en simili-cuir pour la Leaf SL et tissu pour la SV et S avec de véritables appui-têtes ajustables.  La banquette avant du Duster a laissé la place à des sièges baquets dans la Leaf.  L’amélioration de leur confort grâce aux multiples ajustements électriques et à leurs matériaux est sans équivoque.

La sécurité des occupants se voit améliorée également grâce à l’ajout d’une ceinture à l’épaule en plus de la simple ceinture abdominale que l’on retrouvait dans le Duster, ainsi que des cousins gonflables maintenant intégrés aux sièges.

079 MusCar 2SeatsA noter que l’intérieur de la Leaf est noir, mais en raison de l’éclairage parait gris.

Le coffre

Ci-contre, on peut apercevoir le tuyau qui traverse le coffre à gauche et qui sert à remplir le réservoir d’essence.  Contrairement à plusieurs voitures d’époque où l’on retrouvait un pneu de rechange pleine grandeur en plein centre haut du coffre, celui du Duster est dissimulé au centre dans un sous-plancher.  Voilà quelque chose qui s’est perdu avec les nouvelles voitures électriques, qui ne disposent d’aucun pneu de secours, mais seulement une pompe électrique avec un scellant.

079 MusCar 2Trunk.jpg

Sur la route

079 MusCar 2Logos.jpg

Par curiosité, Marc et moi avons fait un petit test d’accélération 0-60 km/h.

Moi qui avais l’avantage durant la première seconde… je dois admettre ne pas avoir été capable de suivre l’accélération du Duster avec la Leaf.

L’histoire aurait été certainement différente avec une Tesla…

Quoi qu’il en soit, pour freiner ou négocier un virage brusque, question de sécurité, le choix de la Nissan Leaf ou de toute autre voiture moderne me semble évident.  Vive le progrès!

Commentaires de Marc

Ses points de vues sur la Nissan Leaf
Expérience générale

Après avoir parcouru plus de 15 800 km avec sa Nissan Leaf SV, Marc se dit très satisfait de son achat.

Il apprécie particulièrement le silence, la douceur de roulement et le confort de sa Leaf.

Ayant conduit d’autres petites voitures, Marc apprécie particulièrement l’accélération de sa Nissan Leaf, même si elle n’égale pas celle de son Duster.

Par rapport à son Duster

Il apprécie la présence de vrais appui-têtes et l’absence d’odeur d’essence avec sa Leaf.

S’il préfère l’espace intérieur de sa Leaf, il trouve la profondeur du coffre plat de son Duster plus pratique.

Si le temps de recharge en route lui demande d’être plus patient, il trouve plus pratique de laisser la voiture se recharger toute seule au quotidien au travail et à la maison.

Ayant toujours conduit des véhicules à transmission manuelle, Marc a dû prendre un certain temps pour s’habituer à une transmission automatique (ou plutôt une vitesse) de sa Nissan Leaf.  Au départ, il semblait manquer quelque chose.

Enfin, il préfère le klaxon de son Duster qui est un klaxon double.

Points à améliorer pour la Leaf

Marc aimerait voir à l’écran de sa Leaf si les bornes de recharge sont occupées ou non (voilà un point que Tesla a compris pour ses bornes).

Il trouve les rebords en angle de la console centrale agaçants pour son genou droit (je dois admettre que je partage ce point de vue).

Il a un problème de bruit de compresseur en hiver avec son système de ventilation que Nissan n’a pas encore réglé et qui serait particulier pour certains modèles 2018.

Il aimerait que la programmation du régulateur de vitesse soit maintenu à une barre au lieu de revenir à 3 barres lorsqu’il est coupé par un autre véhicule.

Étonnamment, Marc aimerait que le son de l’avertisseur de recul soit plus fort.

Anecdotes

Marc est le sixième propriétaire du Duster, la première propriétaire fut une femme, ce qui n’était pas commun à l’époque.  Marc dispose de toutes les factures d’entretien qui confirment ce fait.

La plus grande randonnée effectuée par Marc avec son Duster pour une exposition a totalisé 1 488 km aller-retour et $350 d’essence.  Pour parcourir la même distance avec sa Leaf, la facture aurait possiblement été de moins de $89 via le réseau des BRCC.

Projets

Après avoir fait quelques petits voyages, Marc caresse l’idée d’aller en Floride avec sa Nissan Leaf.

Sa prochaine voiture : Une Tesla Model 3

La question qui tue

J’ai demandé à Marc si ce dernier serait intéressé à convertir son Duster en véhicule électrique et ce dernier m’a répondu non, car il aime trop le bruit de son moteur.

Peut-être changera-t-il d’idée avec une future Tesla… qui sait?

Merci Marc pour cet échange.

079 MusCar Fin.jpg

Sources d’information

NISSAN LEAF 2018

https://www.nissan.ca/content/dam/nissan/ca/request-brochure/fr/2018/pdf/2018-nissan-nissan-leaf-fr.pdf

https://www.automobile-catalog.com/car/2018/2617175/nissan_leaf_sv.html

PLYMOUTH DUSTER 1972

https://www.uniquecarsandparts.com.au/brochures_1972_plymouth_duster_valiant_barracuda

http://www.auto-brochures.com/makes/plymouth/Plymouth_US-PartLine_1972.pdf

https://www.automobile-catalog.com/car/1972/2690045/plymouth_duster_318_v8.html

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

https://www.aveq.ca/actualiteacutes/une-comparaison-qui-en-dit-long

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s